En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou technologies équivalentes afin de bénéficier de services adaptés à vos besoins. En savoir plus sur les cookies

1140x150.gif

Trimestres retraite : comment s'y retrouver ?

Trimestres cotisés, trimestres assimilés, trimestres de majoration… Il existe plusieurs types de trimestres qui sont pris en compte différemment dans le calcul de votre retraite. On vous explique tout, pour que vous puissiez faire le point sur vos droits.

Photo article

Les trimestres cotisés

Lorsque vous exercez une activité, vous et votre employeur cotisez pour votre future retraite. C’est ainsi que de manière générale, un assuré acquiert ses trimestres de retraite. Il s’agit alors de trimestres dits « cotisés ».

Comment les acquiert-on ?

C’est le montant du salaire (soumis à cotisations) qui vous permet de valider un trimestre et non la durée de votre travail. Pour valider un trimestre en 2016, il faut avoir cotisé sur la base d’un salaire minimum égal à 1 450,50 euros, qu’il soit perçu en quelques jours ou plusieurs mois.

A noter

A noter

Vous pouvez valider jusqu’à 4 trimestres maximum par an.

Comment comptent-ils ?

Le calcul de la retraite dépend de votre « salaire annuel moyen », mais aussi d’un taux (qui s’applique à ce salaire annuel moyen) et de votre durée d’assurance.

Les trimestres cotisés sont pris en compte à plusieurs niveaux. Ils permettent de définir votre durée d'assurance et de fixer votre taux de calcul : entre 37,5 et 50 % du salaire annuel moyen, selon le nombre de trimestres ou votre âge au moment du départ à la retraite.  

Mais ces trimestres cotisés correspondent aussi à des salaires qui apparaissent dans votre relevé de carrière. Les 25 meilleures années permettent d’établir votre « salaire annuel moyen ».

 

En savoir plus

En savoir plus

Consultez notre rubrique sur la formule de calcul de la retraite

Les trimestres assimilés

Le système de retraite français comporte des mécanismes de solidarité. Certaines périodes non travaillées, bien qu’elles n’aient pas donné lieu à des cotisations vieillesse, peuvent être considérées comme des périodes d’assurance et ainsi valider des trimestres : c’est ce qu’on appelle les trimestres « assimilés ».

Il s’agit des périodes de :

  • maladie, accident du travail, maladie professionnelle, maternité ;
  • service national ;
  • chômage ;
  • invalidité ;
  • stage de formation professionnelle ;
  • inscription sur la liste des sportifs de haut niveau depuis 2012.

Comment les acquiert-on ?

Les modalités de validation d’un trimestre diffèrent selon le type de périodes. Consultez notre rubrique « Interruption de carrière » pour y retrouver le détail.

Comment comptent-ils ?

Ces trimestres sont pris en compte à la fois pour votre durée d'assurance (nombre de trimestres totalisés) et le taux de calcul de votre retraite. En revanche, comme ils ne correspondent pas à des périodes travaillées, aucun salaire n’est reporté sur votre relevé de carrière : ils ne comptent pas dans le calcul 25 meilleures années de salaire.

A noter

A noter

Contrairement à des trimestres cotisés, les trimestres assimilés ne sont pas toujours pris en compte pour le droit à certains dispositifs de retraite, notamment pour certains types de retraite anticipée.

Les trimestres de majoration

Afin de compenser certaines situations pouvant pénaliser l’acquisition de droits à la retraite, des trimestres supplémentaires peuvent être attribués.

Il s’agit des situations suivantes :

Comment les acquiert-on ?

Les modalités d’attribution des trimestres supplémentaires diffèrent selon les situations. Consultez notre rubrique « Mes droits en fonction de mon parcours » pour y retrouver le détail.

Ces trimestres ne sont pas affectés à une année en particulier et ne sont donc pas reportés automatiquement sur votre relevé de carrière : ils le seront au moment de l’attribution de votre retraite.

Comment comptent-ils ?

Ces trimestres sont pris en compte à la fois pour votre durée d'assurance (nombre de trimestres totalisés) et le taux de calcul de votre retraite. En revanche, tout comme les trimestres assimilés, aucun salaire n’est reporté sur votre relevé de carrière : ces « périodes » ne comptent pas dans le calcul 25 meilleures années de salaire.

Combien de trimestres dois-je comptabiliser pour partir à la retraite au taux plein ?

Pour bénéficier d’une retraite entière, calculée au taux plein (ou taux maximum de 50 %), vous devez réunir un certain nombre de trimestres, aussi appelée durée d’assurance.

Ce nombre dépend de votre année de naissance.

Durée d'assurance nécessaire pour le taux plein
Année de naissance Nombre de trimestres exigés pour le taux plein
1951 163
1952 164
1953-1954 165
1955-1956-1957 166
1958-1959-160 167
1961-1962-1963 168
1964-1965-1966 169
1967-1968-1969 170
1970-1971-1972 171
A partir de 1973 172

 

A noter

A noter

Si vous partez à la retraite avant d’avoir obtenu ce nombre de trimestres, le montant de votre retraite est réduit[1]. Attention, si vous décidez de partir en retraite avec un taux réduit, ce choix est définitif.


[1] Sauf si l’assuré est reconnu inapte au travail, bénéficie d’une retraite pour pénibilité ou s’il a atteint l’âge du taux plein automatique fixé entre 65 et 67 ans.

 

Comment connaître le nombre de trimestres que j’ai acquis ?

L’ensemble des trimestres que vous avez acquis année après année est reporté sur votre relevé de carrière. Ce document, consultable à tout moment en ligne à partir de votre espace personnel, reprend tous vos droits, depuis votre premier emploi.

Pour consulter votre relevé de carrière, rien de plus simple !

Connectez-vous à votre espace personnel avec votre numéro de sécurité sociale puis sélectionnez le service en ligne « Consulter mon relevé de carrière tous régimes ».

Note globale : 3.5/5 (244 votes)
Noter l'article :