En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou technologies équivalentes afin de bénéficier de services adaptés à vos besoins. En savoir plus sur les cookies

reforme-1140x150.gif

Trimestres : faites le point grâce à votre relevé de carrière !

Vous avez consulté votre relevé de carrière et avez pu prendre connaissance du nombre de trimestres que vous aviez déjà acquis. Oui mais voilà, tous ces trimestres ne sont pas identiques : il existe ainsi des trimestres cotisés, assimilés, ou encore de majoration de durée d’assurance. Pour vous y retrouver, suivez le guide !

Photo article

Les grands principes

 

Dans la plupart des régimes de base, le calcul de la durée d’assurance s’effectue en trimestres et non en points. Les trimestres indiqués sur votre relevé de carrière peuvent être de différentes natures et ne sont pas comptabilisés de la même manière pour votre future retraite.

En résumé, il existe :
- des trimestres cotisés à l’Assurance retraite ou auprès d’autres régimes de retraite ;
- des trimestres assimilés à des périodes d’assurance, tels que le chômage, la maladie, la maternité, l'invalidité, etc. ;
- des trimestres de majoration de durée d’assurance.

Tous ces trimestres sont reportés automatiquement sur votre relevé de carrière. Seules exceptions : les trimestres de majoration de durée d’assurance et ceux qui correspondent à des périodes à l’étranger, pour lesquels vous devez demander dès 57 ans une mise à jour de votre carrière (service en ligne disponible sur www.lassuranceretraite.fr). Vous devrez effectuer cette même démarche si vous constatez que certaines informations mentionnées sur votre relevé de carrière sont inexactes. 

 

Mes services en ligne

Mes services en ligne

Les trimestres cotisés ou trimestres d’activité

Dès que vous exercez une activité professionnelle, vous cotisez pour votre future retraite. Les revenus sur lesquels vous cotisez sont reportés automatiquement sur votre relevé de carrière et vous permettent de valider des trimestres.

Tout le monde ne le sait pas, mais la validation de vos trimestres dépend des sommes sur lesquelles vous avez cotisé et non de votre durée effective de travail. Pour valider un trimestre, vous devez avoir cotisé sur un montant minimum, qui est de 1 482 euros pour 2018. Cela signifie que si vos revenus s’élèvent à 3 500 euros sur l’année, vous validerez 2 trimestres, peu importe que vous ayez gagné cette somme sur 1 ou 12 mois. Pour autant, même si vous gagnez des millions, vous ne pourrez pas cumuler plus de 4 trimestres par an !

Il vous manque vos trimestres d’activité les plus récents sur votre relevé de carrière ? Pas d’inquiétude, c’est normal : le temps qu’ils soient déclarés par votre employeur, ils apparaîtront au plus tard le 31 mars de l’année suivant votre activité. Une activité ayant eu lieu de février à juin ou de juillet à décembre 2017 sera ainsi visible sur votre relevé avant le 31 mars 2018. Si vous souhaitez suivre précisément l’actualisation de ce document, vous pouvez vous abonner au service « Carrière ». Pour cela, connectez-vous à votre espace personnel sur www.lassuranceretraite.fr et cliquez sur « Mon profil/Gérer mes abonnements ». Vous recevrez chaque année un e-mail vous informant de la mise à jour de votre relevé de carrière.

A noter

A noter

  • Les trimestres issus de vos activités de salarié au régime général, salarié agricole (MSA salariés), artisan ou commerçant (Sécurité sociale pour les indépendants) apparaissent dans la même colonne, un calcul commun étant effectué pour ces activités. Les trimestres issus de vos activités dans d’autres régimes apparaissent dans une colonne à part.
  • Un nombre minimum de trimestres cotisés est exigé dans le cadre d’une retraite anticipée pour carrière longue ou pour handicap.

Les trimestres assimilés

Vous avez connu des périodes de chômage ou de maladie et vous craignez que cela ait des répercussions sur votre nombre de trimestres ? Et bien, pas forcément ! Le système de retraite français comporte en effet des mécanismes de solidarité. Certaines périodes non travaillées, bien qu’elles n’aient pas donné lieu à des cotisations retraite, peuvent vous permettre de valider des trimestres.

Il s’agit des périodes :

- de maladie, accident du travail, maladie professionnelle, maternité ;
- de service national ;
- de chômage ;
- d’invalidité ;
- de stages de formation professionnelle effectués par les chômeurs, les personnes handicapées ou les détenus à partir de 2015.

Vous validerez par exemple, un trimestre tous les 50 jours de chômage indemnisé, un trimestre tous les 60 jours d’indemnisation maladie et un trimestre tous les 90 jours pendant votre service national, dans la limite de 4 trimestres par année civile.

Toutefois, les trimestres assimilés ne donnant pas lieu à un report de revenus, ces périodes peuvent avoir un impact sur le montant de votre retraite.

En savoir plus

En savoir plus

Retrouvez notre page dédiée aux interruptions de carrière et notre dossier « Chômage, fin de carrière et retraite: les 8 questions que vous vous posez ».

Les trimestres de majoration d'assurance

Vous pouvez obtenir une majoration de trimestres si vous :
- avez eu ou élevé des enfants ;
- avez élevé un enfant handicapé ;
- avez eu à votre charge un adulte handicapé ;
- avez pris un congé parental ;
- partez à la retraite après l’âge du taux maximum automatique ;
- cumulez des points sur votre compte professionnel de prévention

Ces trimestres ne sont pas reportés automatiquement sur votre relevé de carrière. Pour les ajouter, demandez dès 57 ans une régularisation de votre carrière, grâce à notre service en ligne Mettre à jour mon relevé de carrière.

Ils ne sont pas affectés à une année en particulier. Ils s’ajoutent à votre durée d’assurance et apparaissent dans le récapitulatif de vos trimestres, à la fin de votre relevé de carrière.

Note globale : 3.5/5 (209 votes)
Noter l'article :