En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou technologies équivalentes afin de bénéficier de services adaptés à vos besoins. En savoir plus sur les cookies

Panorama des régimes

Le système de retraite français se caractérise par une grande variété de régimes. Il existe des régimes de retraite différents pour les salariés du secteur privé, les salariés du secteur public, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants.

Photo article

Trois grandes catégories de régime de retraite

En France, trois grandes catégories de régimes de retraite existent :

  • le régime des salariés du secteur privé (le "régime général" géré par l’Assurance retraite), qui couvre 72,02 % des actifs en 2010 ;
  • les régimes spéciaux des salariés du secteur public (État, collectivités locales, entreprises publiques) qui représentent 18,24 % des actifs (2010) ;
  • les régimes des non-salariés (artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs) qui concernent 9,74 % des actifs (2010).

Par ailleurs, la retraite des assurés français est le plus souvent composée de 2 "étages" principaux : la retraite de base et la retraite complémentaire.

Le régime général, comme les régimes spéciaux et complémentaires des salariés et des non-salariés, sont obligatoires et gérés selon le principe de répartition.

Aux retraites de base et complémentaires peuvent s’ajouter des formes d’épargne retraite collective ou individuelle.

Pictogramme org.jahia.services.content.JCRValueWrapperImpl@9ef4d9f3

En savoir plus

Visualiser les différents régimes de retraite.

Les grands principes de fonctionnement

Un financement selon le mécanisme de la répartition

Si les règles peuvent varier d’un régime à l’autre, toutes reposent sur le principe de la répartition. Cela signifie que les cotisations perçues auprès des actifs une année donnée servent à payer les pensions des retraités au cours de la même année.

La répartition crée une solidarité entre les actifs et les retraités, entre les plus jeunes et les plus anciens. On parle alors de solidarité intergénérationnelle.

Une assurance collective et obligatoire

Collective et obligatoire, la retraite a été mise en place pour garantir à tout assuré des ressources après la cessation de son activité professionnelle. Le montant de la retraite du régime général se calcule à partir du nombre de trimestres cotisés ou assimilés alors que les retraites complémentaires se comptent par points.

Les cotisations sociales sont proportionnelles aux revenus du travail (salaires, traitements, revenus professionnels). Ce sont elles qui financent les régimes de retraite et de leur montant dépendent les prestations futures. Elles sont versées par les actifs et les employeurs.

Une forte dimension sociale

Des mécanismes de solidarité prennent en compte les aléas de la vie active tels que le chômage, la maladie, le congé maternité... en permettant d’acquérir tout de même des droits à la retraite pour ces périodes d’inactivité involontaire non cotisées.

Des avantages spécifiques sont attribués aux assurés ayant élevé des enfants. De même, grâce au système de retraite de réversion, le conjoint survivant peut continuer de bénéficier, sous certaines conditions, d’une partie de la retraite de son conjoint décédé.

Cet engagement se traduit également par la garantie d’un minimum de ressources aux assurés les plus modestes.

La retraite du régime général

L'Assurance retraite gère la retraite du régime général de la Sécurité sociale. C’est la retraite de base des salariés de l’industrie, du commerce et des services. Sur 10 Français, 9 y ont cotisé, y cotisent ou y cotiseront.

L'Assurance retraite est constituée par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) et son réseau régional (Carsat, CGSS, CSS).

Pictogramme org.jahia.services.content.JCRValueWrapperImpl@9ef4d9f3

En savoir plus

Consulter la rubrique Notre réseau

Les salariés du secteur privé cotisent également auprès des régimes complémentaires obligatoires : l’Arrco (association des régimes de retraite complémentaires) et éventuellement l'Agirc (association générale des institutions de retraite des cadres).

Note globale : 3.8/5 (5 votes)
Noter l'article :